HE: hypnose éricksonienne / Ericksonian Hypnosis

English below

L’un des « ingrédients de la RECHA est l’hypnose éricksonienne.

Il est important de différencier l’hypnose éricksonienne de l’hypnose dirigiste. En effet, quel que soit l’atelier ou la séance où je suis en position d’accompagnante, le respect de la liberté du sujet est primordial pour moi.

En privé, chacun fait ce qui lui plait. Mais en atelier ou séance, où je suis en position d’accompagnante, ce point est un sine qua non pour participer (voir les « balises »).

***

Je pratique l’hypnose éricksonienne (respect de la liberté du sujet)

  • Technique hypnotique, développée par le psychiatre et psychologue américain Milton Erickson  (1902-1980).
  • L’hypnose Ericksonienne prône le respect de la personne accompagnée, de sa liberté et de ses désirs.  Par un positionnement neutre (mettre de côté ce qui est personnel: mes désirs, affects, représentations, convictions, processus mentaux…), en synchronisation (en connexion, immergée dans l’univers de l’autre) et par un sens aiguisé de l’observation, la praticienne rebondit sur les informations verbales et non verbales que la personne accompagnée lui donne consciemment ou non pour l’accompagner dans son exploration et dans ses éventuelles transformations.
  • En accompagnement de groupe, ce respect de la liberté de chacun.e se traduit par une trame narrative large et par des suggestions suffisamment vagues pour que chacun.e vive sa propre version de l’expérience, ainsi que par l’apport d’outils, pour une autonomie progressive. Pour mieux comprendre ce point, lisez les commentaires très différents d’un même atelier d’hypnose de groupe.
  • L’objectif est d’explorer, chacun.e, ses possibles et de développer son potentiel selon ses intentions propres.
  • L’accompagnante et ses outils sont un moyen d’amplifier les expériences d’exploration sensorielle créative et d’agrandir leur champ.

J’utilise aussi d’autres techniques dans mon travail: sons, voix, énergétique, rituel, etc.

Je n’utilise pas du tout l’hypnose classique (autoritaire)

  • C’est une hypnose ancienne qui a été utilisée de façon thérapeutique (le thérapeute mettait le sujet en transe et lui faisait les suggestions qu’il jugeait propices en rapport avec le symptôme).
  • Elle est encore d’actualité, notamment dans la société du spectacle (shows TV ou en scène de Mesmer et consorts), dans certaines hypnoses de rue, certaines hypnoses bdsm, certaines hypnoses érotiques…
  • Le sujet sélectionné (il y a des tests préalables) est passif, il reçoit les suggestions.
  • L’hypnotiseur est autoritaire et décide de ce qu’il suggère au sujet.
  • Il y aurait un accord (verbalisé ou non) entre le sujet et l’hypnotiseur. Comme chez un spécialiste à qui l’on confie un bien en lui laissant le soin de gérer sa spécialisation. Personnellement, avant de me faire opérer je cherche à tout comprendre et je demande différents avis car cela peut avoir de lourdes conséquences. Avant de me faire masser, je choisis une personne en qui j’ai intuitivement confiance et je me laisse le droit de le/la guider ou questionner pendant la séance. Avant de jouer avec un hypnotiste classique, je mets soigneusement en place mes vigies (instances de vérification, de tri et d’alertes internes). Tout est possible. Le tout est d’être responsable, ancré et bien équipé.
  • Le sujet ne serait soumis qu’à ce qu’il désirerait « dans le fond ». Le désir de participer au show, de faire de l’audimat, d’être filmé par les potes dans une aventure qui va faire un buz ou de s’en remettre à un dom ou… serait là a priori. L’hypnose agirait comme un désinhibiteur.
  • C’est ainsi que certain.e.s se retrouvent à faire la poule, à oublier leur prénom, à halluciner une star à leur côté, à jouir sur commande sans stimulation physique…
  • Cependant, l’on peut aussi avancer que pousser une personne désinhibée à faire des choses que l’hypnotiseur décide de son propre chef et suggère de façon autoritaire pour le show ne respecte pas nécessairement l’intégrité psychique et physique du « sujet », qui peut se retrouver en état de choc après un accident imaginaire, avec un mal de dos dû à une catalepsie, avec une vidéo en « poule sans tête » sur les réseaux sociaux… bref… prudence.
  • Je précise encore que mon positionnement en atelier et en séance est celui de l’accompagnante, pas celui du maitre.

Hi hi! Comme c’est le personnage en costume qui lévite des deux mains, on peut se demander qui est le sujet de cette hypnose classique 😉

14079764_10154286140071006_6159423286270370453_n

Ericksonian Hypnosis

  • Hypnotic technique developed by psychiatrist and psychologist Milton Erickson (1902-1980).
  • Ericksonian hypnosis involves the subject’s freedom and ability to act; the subject actively participates in reaching a hypnotic state, in the journey and the ensuing changes. He is not reduced to a passive role, and can always transform (or reject) the suggestions offered. He develops ownership and the decision to act.
  • This approach is not related to authoritative hypnosis. On the contrary, the guiding person is only guiding, and doesn’t act as a master giving orders, as the case used to be with former kinds of hypnosis (the so-called “classic” one), or with stage hypnosis or kinky play.
  • The guiding person offers very few direct suggestions, but uses metaphors, stories, somewhat fuzzy language or a wide range of possible choices so that the subject person chooses his/her own path, both consciously and unconsciously.
  • Of course, within the context of play or exploration, acquired experience in hypnosis enable the hypnotized person to choose how he/she wants to be guided, and remains in control. That control can be temporarily handed over to the guide, and recovered at any time. This is why it’s important to develop the inner observer and determine the framework (see the related article) if you decide to play on your own.
  • As your guide, I can lead you to new territories, and offer you tools and a framework for your safety. I am not in any way a mistress taking over, although some kinky practitioners do. While I have nothing against it, it is not part of my workshops.

I also use other techniques in my work: sounds, voice, energy work, etc.