Jouir du coude ou du pancréas (workshop)

Chacun(e) sait, du moins en théorie, que le cerveau est l’organe sexuel le plus important. De là à déplacer une zone érogène ou à en créer une nouvelle…

Comme pour la synesthésie ou le rêve éveillé ou la connexion ou n’importe quel autre travail d’hypnose, il y a une base spontanée à ce workshop/cette session individuelle. En effet, en dehors de toute technique volontaire par la transe ou autre, de nombreuses femmes qui explorent leur corps jouissent des seins, des reins, de l’omoplate, du pied et d’autres points qu’elles savent, d’expérience, sensibles. Néanmoins, d’une part, ces points restent précisément localisés, d’autre part, je n’ai pas encore rencontré d’homme qui passe le plateau orgasmique par une zone dite neutre (mais bien quelques uns qui atteignent ce plateau, notamment par la main).

Ici, il s’agit d’étendre le phénomène de l’érogénéisation à n’importe quelle zone, même la plus neutre, jusqu’à obtenir des sensations érotiques diffuses ou plus déterminées. Les résultats sont évidemment tributaires de la base avec laquelle les participants arrivent. Certain(e)s jouissent en quelques exercices alors que d’autres, qui font leurs premiers pas, ressentent des vagues, observent l’hallucination d’une connexion physique entre leur sexe et une zone dite neutre de leur corps, tremblent du frôlement de leur genou…

Je m’amuse quelquefois de cette jouissance déplacée, si discrète, lorsqu’une main complice explore mon coude, dans un endroit public. J’aime aussi goûter aux joies de la masturbation solitaire de l’intérieur du poignet. Et je suis ravie de faire jouir une amie du pancréas!

Grâce à cet organe magique qu’est le cerveau, le champ des possibles érotiques est infini.

© Ysel

capture-decran-2017-02-19-a-17-03-42